Chanel, son histoire

Déjà posons les bases, Chanel est née le 21 Mai 2014, dans le sud de la France, alors que j’habitais déjà en Eure et Loir.

A l’époque je cherchais un chat “de compagnie” pour Diesel qui vivait assez mal mon déménagement et pour mon conjoint dont Diesel se moquait éperdument. Seulement, impossible de trouver un chaton près de chez moi! Je ne pensais pas dire ça un jour, mais à ce moment la je n’ai trouvé aucun chaton (je n’étais pourtant pas fermée sur un physique ou que sais je!). J’ai donc contacté des amies dans le sud, sud que je savais envahi de chatons abandonnés ou prêts à être abandonné. En 3 jours le chaton était trouvé et réservé. Ah oui, parce que je ne vous ai pas dis, mais je voulais absolument un mâle, bien moins cher en stérilisation et puis moi et les femelles, ça a toujours été compliqué, elles ont toujours fait de l’hyper attachement et je ne voulais pas recommencer (vous voyez le truc venir la?). Fin juillet, rendez vous est pris chez ma maman en Lozère pour récupéré “Shadow” mon chaton mâle tellement mignon qui m’a fait fondre en photo. Nous prenons la route avec Diesel (Mes chats voyagent toujours avec moi, je vous réserve un article à ce sujet!) direction la Lozère, 5h de route. De leurs coté mes amies prennent également la route avec “Shadow” pour rejoindre la ville ou vit ma maman. Arrivé à destination, mes amies arrivent à leur tour, avec le chaton… Et là quel ne fut pas ma surprise que je vis un chaton qui rentrait entièrement dans ma main, à presque 3 mois! La veille mes amies m’avaient prévenu qu’il était petit et maigre, mais jamais je n’aurais pu imaginer… “Shadow” était d’une maigreur, que dis je, d’un rachitisme incroyable. Il ne me fallu pas longtemps pour me rendre compte qu’il etait envahi de vers, de puces, que sa queue avait été cassée… Mais il y a un petit quelque chose auquel je n’avais pas encore pensé… Le sexe. Mon fameux “Shadow” était écaille de tortue, ce marquage est présent exclusivement chez les femelles. Vérifications faites, mon shadow devient Chanel.

Me voila donc avec un chaton de 3 mois, rachitique, avec un abominable retard de croissance et en plus ce n’est pas un mâle comme je le souhaitais, mais une femelle. Malgré sa maigreur elle est magnifique, joueuse, éveillée, et sociable. Après un rendez vous vétérinaire pour la déparasiter une deuxième fois (mes amies l’ayant fait la première fois), Chanel n’est pas sortie d’affaire… Elle doit maintenant survivre et grandir mais surtout grossir. Chose qu’elle fera progressivement.

Une fois ce premier bilan établit, je contacte la personne chez qui Chanel est née… Je comprends rapidement que Chanel aurait été condamné si je ne l’avais pas adopté. La personne n’a pas la moindre connaissance en terme “d’élevage”. Pour lui le déparasitage ne doit pas être fait avant les 1an du chaton, il ne voit aucun inconvénient à enchaîner les portées avec sa femelle… Bref quelque chose de presque “normal” au final quand on ouvrait le Bon Coin en 2014. Malheureusement, Chanel avait deux sœurs, je n’ose pas imaginer ce qu’elles sont devenues…

A 8 mois, Chanel atteint difficilement les 2kg, c’est un chat de poche, mais elle est en vie, et en forme. Vient l’heure de la stérilisation, la encore un problème se pose… Si Chanel s’est plus ou moins remise en apparence, il n’en reste pas moins qu’elle fait des “pauses respiratoires” assez régulièrement, en fonction de la position dans laquelle elle se trouve, en fonction de son état de stresse etc. Les vétérinaires décident donc de faire un examen cardiaque avant de prendre ou non la décision de l’anesthésier pour procéder à la stérilisation. Moment de stresse pour moi, je ne veux pas vivre avec une femelle non stérilisée, cette opération doit obligatoirement avoir lieu… A midi, le téléphone sonne, les examens cardio du matin ne révèlent pas d’anomalie compromettant l’opération. A 14h Chanel est endormie, à 18h elle est de retour à la maison.

Depuis Chanel n’a pas grandit, elle a désormais 3 ans, et nous avons l’impression d’avoir un chaton de manière “définitive”. Cependant elle va bien tant sur le plan physique que mental. Malgré qu’évidemment elle a tendance à faire de l’hyper attachement, ayant travaillé à domicile depuis son arrivée, c’était inéluctable…

Je partage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *